Lexique de l'équitation et du cheval :


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



A

Abaisser les  hanches : L'engagement des postérieurs sous la masse,  la flexion des articulations provoque l'abaissement des hanches du cheval.

Abandonner  le cheval : Laisser le cheval sans directives et cesser le dialogue  avec lui.

Acculement : déséquilibre d'un cheval qui met trop de poids sur ses membres postérieurs.

Aides : Actions dont se sert le cavalier pour faire connaître ses  volontés au cheval (mains, jambes, poids du corps du cavalier, voix, cravache, éperons, caresse)

Aides  diagonales : Actions de main d'un coté associées à des actions  de jambes du coté opposé.

Aides latérales : Actions de mains associées à des  actions de jambes du même coté.

Aides d'incurvation : Aides permettant d'incurver l'ensemble du  cheval : Mains donnant le pli. Jambe intérieure à la sangle incurvant. Jambe extérieure en arrière empêchant les hanches de chasser.

Aides intérieures/extérieures : Lorsqu'un cheval est  incurvé, en déplacement latéral ou sur le cercle, les aides intérieures  sont à l'intérieur du pli, les aides extérieures à l'extérieur du  pli.

Allongement : Amplification d'une allure par extension équilibrée et  élastique des gestes permettant d'augmenter la vitesse du cheval.

Allures : Mode de déplacement du cheval. Les trois allures naturelles sont  le pas, le trot, le galop.

Amazone : Façon de monter en amazone : les deux jambes du même coté d'une selle à fourche.

Amble : Cette allure peut être acquise par le dressage : le cheval pose alternativement chaque bipède latéral. Certains chevaux amblent naturellement.

Amplitude : Écart entre deux valeurs extrêmes d'un mouvement des membres du cheval.

Aplomb : Disposition des membres du cheval par rapport au sol ; un cheval qui a de bons aplombs est un cheval qui a des membres symétriques et perpendiculaires au sol suivant la ligne d'aplomb avec les pieds  sans déviations externes et/ou internes.

Apprentissage : Action d'apprendre avec méthode, savoir-faire, tact et douceur une chose nouvelle au cheval.

Appuyer : Exercice de deux pistes dans lequel le cheval se déplace  latéralement, en croisant ses membres. L'avant-main précède légèrement l'arrière-main, l'encolure et la tête sont fléchies dans la direction du  mouvement.

Arrêt  carré : Le cheval s'immobilise dans la rectitude, les membres d'aplomb,  à la même hauteur, hanches légèrement abaissées, encolure et  tête placées.

Assiette : Qualité qui permet au cavalier de demeurer maître de son équilibre en toute circonstance, quelles que soient les réactions du cheval. Elle est faite de souplesse et de fixité.

Assouplir : Action de rendre souple par une gymnastique appropriée,  réfléchie et méthodique (exemple : l'épaule en dedans est un  assouplissement).

Attitude : Manière de se tenir à cheval qui conditionne la relaxation du cavalier/cheval. Voir position.

Attitude du  cheval : Façon dont le cheval se tient.

Aubin : Allure défectueuse ; le cheval galope des antérieurs et trotte des postérieurs (aubin du devant).

Remonter

B

Bandes de polo : Bandes de tissu épaisses et élastiques destinées à  protéger les tendons du cheval au travail.

Badine : Longue et fine cravache ou baguette de bois permettant de toucher délicatement le cheval au moment opportun pour confirmer ou  compléter une aide. Elle ne doit pas punir.

Bandes de repos : protègent les membres au box et favorisent la circulation dans l'extrémité des membres. 

Bases courtes : Le cheval très rassemblé, qui engage  fortement ses postérieurs, réduisant son polygone de sustentation (les postérieurs se rapprochant des antérieurs) travaille sur des bases courtes.  Exemple : le piaffer s'oppose aux allures allongées.

Basse école : Travail de régularisation des allures naturelles du cheval dont les principales figures sont l'appuyer, le changement de pied et l'épaule en dedans.

Bataille(en) : En randonnée, on dit "traverser une route en bataille" c'est à dire tous parallèles à la route, de façon qui n'y ait pas de retardataire. C'est le contraire de "en file indienne".

Battre à la main : se dit lorsqu’un cheval élève et abaisse alternativement la tête avec des mouvements brusques qui fatiguent la main du cavalier.

Battue : Une battue est le bruit que fait au sol le pied du cheval en se posant = ou les deux pieds diagonaux.(Antérieur droit et postérieur gauche par exemple) La succession des battues donne le rythme.

(cheval) Bavard : cheval qui mâche beaucoup son mors.

Bipède  diagonal : Action concomitante d'un antérieur avec le postérieur opposé (dans le bipède diagonal droit l' antérieur droit et le  postérieur gauche sont en l'air en même temps) encore appelé "diagonal droit". 

Bouchonner : action de passer le bouchon (brosse en chiendent servant à  panser le cheval).

Bréhaigne : une jument bréhaigne est une femelle qui a des canines comme un mâle.

Bride :  Harnachement comprenant deux mors (un mors de filet, un mors de bride) et quatre rênes. Le mors de filet a un effet releveur. Le mors de bride agissant sur les barres "ramène" la tête.

Bride (mors  de) : Embouchure à levier composé d'un canon avec ou  sans passage de langue, avec des branches inférieures plus ou moins longues et chaînette appelée gourmette.

Brillant : Cheval énergique, léger, aérien dans ses allures, qui se  déplace avec éclat, prestance et beauté.

Broncher : trébucher en parlant d'un cheval.

Remonter

C

Cabrer : le cheval se dresse sur ses postérieurs.

Cabriole : Air relevé dans lequel le cheval s'élève du sol presque  simultanément des quatre membres en détachant une ruade avec ses postérieurs au moment ou son corps plane à l'horizontale, ses antérieurs restant repliés  sous la masse.

Cadence : Rythme d'une allure dans une impulsion accrue. Elle suppose  régularité, énergie, constance d'attitude, et rondeur des déplacements.

"Calme, en avant, droit" : célèbre citation du Général français L'Hotte (1825-1904). Il insistait sur cet ordre des termes (on fait souvent l'erreur de mettre '"en avant" en premier). Alexis-Francis L'Hotte, qui fut à la fois élève de d'Aure et de François Baucher, fût écuyer en chef au Cadre Noir de Saumur. 

Cambrer le rein : Action de pousser souplement la ceinture en avant  sans pour autant creuser son rein à l'excès et mettre le dos en  arrière.

Canal des aides : Couloir formé par les aides (mains et jambes)  du cavalier dans lequel le cheval a toute liberté de se mouvoir sans jamais  franchir les limites définies.

Caresse : Déplacement appuyé de la main dans le sens du poil.

Cavaletti : Petit obstacle posé à 30 centimètres du sol.
Cavalier d'écurie : Les cavaliers professionnels qui ont un un piquet de chevaux important, s'attachent souvent les services d'un cavalier ou cavalière pour former ces chevaux.

Caveçon : demi-cercle de métal fixé sur une muserolle à hauteur du nez, utilisé pour le dressage des jeunes chevaux. 

CCE :  Sigle du Concours Complet d'Équitation comprenant une reprise de  dressage, un parcours de cross-country sur obstacles fixes et un parcours de saut d'obstacles.

(faire) Céder le cheval : Obtenir l'obéissance, le placer par la cession  de la nuque et la relaxation de la mâchoire du cheval.

Ceinture : Ensemble formé par l'estomac, le nombril, les hanches et les reins du cavalier.

Cession de mains : Après avoir fixé la main, céder à  l'instant où la mâchoire et la nuque du cheval cèdent.

Cession à la jambe : Tout en restant droit d'épaules et de hanches, le cheval se déplace latéralement sur une oblique, les membres se chevauchant.

Chambrière : Manche d'environ 1,60 mètres, fin et équilibré, prolongé  d'une fine lanière de cuir de 2 à 3 mètres, appelée mèche. Aide de propulsion  dans le travail en liberté et en longe.

Chanfrein :  Partie antérieure de la tête du cheval, de la base du front au nez.

Changement  de main : Le cheval est à main droite lorsque sur une  ligne courbe ou le long d'une paroi son coté droit est à l'intérieur. Il  change de main lorsqu'il quitte cette ligne (pour une diagonal, une demie  volte) pour se retrouver à main gauche, coté gauche à l'intérieur.

Changement de pied : on distingue deux type de changement de pied 
   - changement de ferme à ferme : le cheval au galop est mis directement au pas pendant 3 ou 5 foulées  pour un départ au galop sur l'autre pied.
   - changement de pied "en l"air" : on inverse son galop pendant la phase de suspension  du galop, sans rupture de cadence.

Cloches :  Éléments en caoutchouc enfilés sur les sabots du cheval pour protéger la  couronne et les glomes.

(longe en) Colbert : Dispositif utilisé pour longer un cheval. On fait passer la longe dans l’anneau intérieur du filet, ensuite sur la nuque et l’extrémité de la longe est fixée à l’anneau extérieur du filet.

Collier de chasse : empêche la selle de reculer dans les montées.

Contact : Lien entre les aides du cavalier et le corps du cheval, principalement entre la bouche et la main du cavalier. Il doit être liant, doux  et léger.

Contraction : Réaction psychique et musculaire du cheval inquiet ou mal  préparé à une exigence entraînant une résistance psychique et un  durcissement musculaire.

Contre changement de main de deux pistes : Appuyer successivement d'un coté  puis de l'autre en suivant une ligne brisée une ou plusieurs fois  consécutivement.

Courir : "Laisser courir un cheval " perdre cadence, rassembler et équilibre en accélérant.

Crampon : En terrain glissant ou boueux les crampons évitent au cheval de déraper. Ils sont vissés aux éponges des fers.

Cravache : Badine servant de fouet au cavalier (aide artificielle).

Crins : poils longs formant la crinière, le toupet et la queue.

Cross :  Parcours de fond constitué d'obstacles naturels (troncs, rivières, fossés etc.)

Croupière : gaine de cuir passant à la base de la queue et reliée à la selle ; empêche la selle d'avancer dans les fortes descentes ou quand la morphologie du cheval l'y prédispose.

CSO :  Sigle du Concours de Saut d'Obstacles qui consiste à franchir des  obstacles disposés sur un parcours sans faire tomber les barres et en un  temps le plus court possible

Remonter

D

Débourrage : Faire accepter au cheval de porter le cavalier, de se porter en  avant, de répondre aux aides élémentaires et préparer son dressage.

Déjuge (se) : Lorsque le postérieur se pose en arrière de la trace de l'antérieur.

Demi-arrêt : Action de main nette, rapide et légère de bas en haut sur des  rênes ajustées, doigts fermés, suivie immédiatement du relâchement des doigts et d'une cession de la main. Cette action allége l'avant-main du  cheval, le rééquilibre en renvoyant du poids sur les hanches. Le demi-arrêt sert à vaincre la résistance de poids.

Demi-volte : Figure de manège commençant par un demi-cercle et se terminant  par une diagonale.

Descente de  jambes : Cesser toutes actions de jambes tant que le cheval conserve attitude, équilibre et impulsion.

Descente de  mains : Cesser de faire sentir la main au cheval tant  qu'il conserve la même attitude dans le même équilibre.

Descente d'encolure : Dans la descente d'encolure, le cheval a le chanfrein qui se rapproche de la verticale, ce qui assure une mise sur la main élémentaire, une encolure proche de l'horizontale la nuque au niveau du garrot ; on dit que le cheval se "déplie".

Deux  pistes : Déplacement latéral du cheval, en pas de coté, membres  antérieurs et postérieurs traçant deux pistes parallèles : on y trouve l'épaule en dedans, la hanche en dedans et l'appuyer. 

Diagonal : Action concomitante d'un antérieur avec le postérieur opposé  (dans le diagonal droit l'antérieur droit et le postérieur gauche sont  en l'air en même temps). Encore appelé "bipède diagonal" droit.

Diagonaliser : Ralentir, arrondir et amplifier le geste diagonal du cheval.

Division d'appui : Utiliser alternativement le filet et la bride ou le filet d'un coté et la bride de l'autre, afin d'éviter qu'un  cheval ne prenne trop d'appui, et décontracter sa mâchoire.

Domination : Obtenir du cheval sans jamais employer force et contrainte, adhésion mentale et physique, respect et obéissance librement consentie.

Doubler : Figure de manège consistant à couper la piste perpendiculairement de  l'endroit où l'on se trouve ; on peut doubler dans la longueur ou dans  la largeur.

(le) Dressage : Phase méthodique, progressive et  réfléchie pour rendre un cheval facile et agréable à monter en toutes circonstances. 

(épreuves de) Dressage : Épreuves équestre consistant à  exécuter des figures de manège le plus parfaitement possible. Elles permettent de vérifier la justesse du dressage.

(cheval) Droit : Cheval se déplaçant sur une même ligne, les épaules devant les hanches, sans torsion.

Remonter

E

Éducation  du cavalier : Apprendre à sentir, à respecter le cheval  et à communiquer avec lui. Elle suppose un professeur, un guide, un  maître. Sans réflexion, travail et sensibilité, il ne peut y avoir  d'éducation réussie. Un cavalier reste un étudiant toute sa vie durant.

Éducation  du cheval : Ensemble des moyens permettant au cheval d'exprimer ses potentialités dans le respect de l'homme. L'éducation ne  s'interrompt qu'avec la vie.

Effet d'ensemble : Effet obtenu en fermant les doigts sur les rênes et en fermant les jambes jusqu'à un appuis franc, continu et énergique. Moyen de domination particulièrement puissant d'un emploi très délicat.

(se faire) Embarquer : le cheval prend la main et "embarque" son cavalier (part au galop, droit devant lui).

Embouchure : Partie du harnachement située dans la bouche du cheval.

Encadrer un  cheval : Ne laisser aucun doute au cheval sur le chemin  à suivre pour une action donnée (pli, direction, mouvement) voir canal  des aides.

Encapuchonné : Attitude du cheval qui ramène sa tête en arrière de la  verticale, nuque basse, parfois même nez contre le poitrail, pour se soustraire à l'action de la main du cavalier ou pour ne pas s'engager.

Encolure renversée : Lorsque l'encolure est concave, souvent assortie d'un coup de hache à son insertion avec le garrot, on parle d'encolure de cerf ou encolure renversée.

Engagé : se dit d'un cheval quand, en faisant basculer ses hanches et en ployant ses jarrets, il a placé  sous sa masse ses membres postérieurs.

(les) Enrênements : ont pour but d'améliorer l'attitude du cheval, de le muscler dans le bon sens, d'améliorer sa soumission et de faciliter son utilisation.

 (s') Entabler : les hanches se mettent à précéder les épaules, dans un déplacement latéral (par exemple un appuyer). Le cheval ne peut plus croiser ses membres. Si le cheval s'entable il faut remettre les épaules devant les hanches

Épaule en dedans : Exercice de deux pistes dans lequel le cheval se  déplace latéralement, infléchi de la nuque à la queue. Le cheval se  déplace vers le coté extérieur du pli, regard porté vers l'intérieur.  Elle se pratique aux trois allures.

Éperons : Pièces de métal fixées au talon du cavalier, renforçant l'action des jambes ; ils ne doivent jamais être utilisés pour punir.

Équilibre : Juste répartition du poids entre avant-main et arrière-main du  cheval. L'équilibre est parfait lorsque sans indication du cavalier, le  cheval se soutient de lui-même et n'altère en rien son activité et son attitude.

Étrille: Brosse de pansage métallique ou en caoutchouc.

Étriller : Passer l'étrille, avec des mouvements circulaires, uniquement sur les parties  charnues du corps, pour gratter la poussière en décollant le  poil.

Étrivière : Courroie par laquelle un étrier est suspendu à la selle.

Excitation : État psychique et physique du cheval entraînant suractivité,  désordre et désobéissance. Le cavalier doit la contrôler et la  calmer.
Extension d'encolure : Le cheval dans l'extension d'encolure s"étend vers le bas et vers l'avant. Il a sa tête dans le prolongement des rênes.
Il n'y a pas de mise sur la main. 

Remonter

F

Fermeté : Fixer la main, sans tirer, pour s'opposer au cheval qui cherche  à forcer la main (céder lorsque le cheval cède).

Filet : Embouchure simple composée d'un canon articulé maintenu par un anneau à chaque extrémité.

Finesse du cavalier : Qualité qui permet de ressentir dans ses moindres nuances l'état mental et physique du cheval et d'agir avec subtilité sur celui-ci.

Fixité du cavalier : Une aide est fixe lorsqu'elle reste immobile  par rapport à la partie du cheval concerné : la main avec la  bouche, la jambe avec les flancs, le dos avec le dos du cheval. La fixité exclut toute rigidité.

Fixité du  cheval : Un cheval est fixe lorsqu'il conserve une  attitude générale égale dans le mouvement. Une tête et une encolure fixes ne sortent pas du placer tout en restant décontractées.

Flexible - Flexibilité : Qualité du cheval, à la fois physique  et mentale, lui permettant de se plier avec empressement aux désirs du cavalier.

Fluidité : Exercice ou enchaînement d'exercices réalisés avec naturel, facilité et harmonie, sans contraction ni résistance, et sans rupture dans le rythme.

Forger : Lorsque la pince du fer d'un postérieur vient toucher les  éponges du fer de l'antérieur correspondant, on dit que le cheval forge.

Foule : Exercice consistant à tourner très court et dans tous les sens au milieu du manège en évitant de reprendre les pistes et sans s'arrêter.

Foulée : distance comprise entre deux posers successifs du même pied.

Remonter

G

Galop : Allure sautée, dissymétrique, à trois temps inégaux plus un  temps de suspension. Galop à droite : postérieur gauche, diagonal gauche, antérieur droit, suspension.

Galop : Examen destiné a évaluer le niveau équestre des cavaliers. Il comporte 9 niveaux de 1 à 9.

Galoper sur le bon pied : Pour des raisons d'équilibre le cheval galope naturellement à droite lorsqu'il tourne à droite et à gauche lorsqu'il tourne à gauche.

Galop à droite : Le cheval se déplace par bipèdes latéraux.  Au galop à droite, l'antérieur et le postérieur droits se posent au sol  devant l'antérieur et le postérieur gauche. Il galope sur le pied  droit.

Galop à  quatre temps sur les épaules (à droite) : Lorsque au galop le  cheval dissocie par anticipation l'antérieur gauche du postérieur droit, il  galope à quatre temps sur les épaules. Le poser des membres se décompose ainsi :
   - postérieur gauche (premier temps)
   - antérieur gauche par anticipation (deuxième temps)
   - postérieur droit  (troisième temps)
   - antérieur droit (quatrième temps)
   - suivi d'un instant de suspension.
C'est le galop du cheval déséquilibré sur  les épaules, fatigué ou le galop du cheval de course.

Galop à  quatre temps sur les hanches (à droite) : Lorsque au galop le cheval  dissocie par anticipation le postérieur droit de l'antérieur gauche, il  galope à quatre temps sur les hanches. C'est le galop d'école très assis, très  lent, utilisé dans les pirouettes.

Galop à  trois temps : Le galop est une allure à trois temps où le  cheval pose successivement au sol un postérieur, un bipède diagonal et l'autre antérieur suivi d'un temps de suspension (exemple à droite :  postérieur gauche, postérieur droit associé à l'antérieur gauche,  antérieur droit, suspension). C'est l'allure habituelle du galop.

Galop désuni : allure défectueuse, le cheval galope à droite des antérieurs et à gauche des postérieurs ou inversement. L'avant main n'est pas en accord avec  l'arrière-main.

Galop d'école : Galop très rassemblé, lent et très  assis, à quatre temps dans lequel le cheval anticipe le poser des postérieurs. Il permet la pirouette et le galop sur place.

Galop à  faux : Le cheval galope à faux lorsque, par exemple, étant à main droite sur  une courbe à droite, il reste au galop à gauche, ployé  à gauche ; on parle également de contre galop. 

Gogue : Enrênement inventé par René Gogue, il est généralement utilisé pour le travail à la longe ou en liberté. Il incite le cheval à se placer dans une attitude plutôt basse et étendue. Le Gogue commandé est utilisé pour le travail monté.

Grand Dieu : Surnom donné à l'écuyer en chef L'écuyer en chef du Cadre Noir, en référence à sa maîtrise parfaite de l'art équestre.

Guêtres : En cuir ou synthétiques elles protégent les canons, les boulets et la partie haute des paturons.

Guides : Lanières de cuir servant à conduire et à diriger des chevaux  d'attelage ; équivalant aux rênes pour les chevaux montés.

Remonter

H


le Hackamore
: Avec cette embouchure, le cheval n'a rien dans la bouche. Son action de levier agit sur le chanfrein par l'intermédiaire d'une muserolle.

Hanches en dedans : Encore appelé tête au mur : le cheval se déplace en appuyer tête vers le mur, croupe en dedans sur une piste  intérieure, avec un angle de 30 à 45°. Elles se pratiquent aussi sur le cercle  ; cercle de deux pistes hanches en dedans.

Hanches en dehors : Encore appelé croupe au mur ; Le cheval se  déplace en appuyer, croupe au mur, épaules en dedans mais incurvé du  coté où il va avec un angle de 30 à 45°. Elles se pratiquent aussi sur le cercle : cercle de deux pistes hanches en dehors.

Harnachement : Ensemble de l'équipement destiné à l'utilisation des  chevaux.

Harnais : Équipement du cheval.

Harmonie : Est harmonieux le cheval qui, quelles que soient ses qualités  physiques, dégage une impression de facilité, de relaxation, d'énergie et d'équilibre.

Haute école : Art de styliser les mouvements naturels du cheval. Le piaffer et le passage sont les principales figures.

Homme de cheval : Celui qui, ayant une grande expérience et une connaissance approfondie du cheval de l'élevage au dressage,  peut ressentir les réactions du cheval, le comprendre et établir  avec lui une relation sereine et confiante.

Remonter

I

Incurvation : Pour tourner en équilibre, le cheval doit s'incurver pour que son corps épouse la courbe décrite, sinon il se penche vers l'intérieur du tournant au risque de glisser.

Impulsion : Qualité du cheval ayant le désir impérieux de se porter  en avant, de répondre avec calme et énergie aux demandes du cavalier. 

Ischion : Pointe osseuse de la fesse du cavalier, en contact avec la selle en position assise.

Remonter

J

Jambe du cavalier : Désigne communément l'ensemble du membre inférieur, de la hanche au talon. Désigne en équitation, la partie comprise entre le genou et le talon.

Jambe isolée : se dit d'une jambe reculée ou à la sangle  qui cherche à déplacer latéralement les hanches ou tout le corps du cheval.

Juge (se) : Lorsque l'empreinte du postérieur recouvre l'empreinte de  l'antérieur correspondant le cheval se "juge".

(cheval) Juste : le cheval qui pour un exercice donné est dans l'attitude requise: pli, équilibre, absence de contractions, placer,  engagement. C'est la préoccupation dominante du cavalier.

Remonter

L

Large (marcher) : Terme de manège. Suivre exactement la piste  le long de la paroi du manège.

Levade : Air relevé où le cheval, ayant détaché délicatement ses antérieurs du sol, soulève son avant-main, les antérieurs repliés, les hanches  et les jarrets très fortement fléchis ; le cheval formant un angle de 30 à 45° avec le sol, soutient son attitude quelques secondes.

Légèreté : Le général L'HOTTE définissais ainsi la légèreté "Parfaite obéissance du cheval aux plus légères indications de la main ou des jambes de son cavalier".(ce principe s'applique autant au cheval qu'au cavalier).

Légèreté à la main : Qualité du cheval  qui obéit aux aides sans peser à la main, sans que celle-ci éprouve la sensation de poids plus ou moins facile à déplacer ou d'une force qui résiste à son action.

Longe : Corde ou sangle de 8 à 10 mètres de long avec une boucle d'un coté  et un mousqueton de l'autre, permettant de longer le cheval en  décrivant le cercle désiré.

Longer un cheval : Travail où le cavalier à pied fait tourner  sur un cercle, aux trois allures, un cheval contrôlé par une longe et une chambrière, dans le calme, l'équilibre et l'impulsion.

long-jointé : ou bas jointé, le paturon est trop long ou trop incliné vers le sol, réactions douces (amortissement des allures), mais les tendons sont tiraillés et se fatiguent rapidement.

Remonter

M

Main  (cheval dans la ) : Un cheval est dans la main lorsque, étant en  équilibre et placé dans la position du ramener, il cède dans sa mâchoire  et décontracte sa bouche. Cet état de réceptivité et de disponibilité est le signe de l'acceptation physique et morale du cheval.

Main (cheval sur la) : Un cheval est sur la main, lorsque ayant trouvé son équilibre, il conserve un contact franc avec la main du cavalier, il a cédé dans sa nuque et dans sa bouche et accepte sans se contracter les actions de son cavalier.

Main dure : Main agissant avec force, à contre-temps, sans nuances,  dépourvue de tact, incapable de céder. Elle provient le plus souvent d'une absence de décontraction, d'un manque d'équilibre et d'une mauvaise attitude générale du cavalier. Elle est nuisible à la santé morale et physique du cheval !

Main fixe : Ce n'est pas la main immobile, c'est au contraire la main qui, indépendante des mouvements volontaires ou involontaires du corps du cavalier, reste liée moelleusement à la bouche du cheval par l'intermédiaire des rênes ajustées.

Main sans jambe, jambe sans main : célèbre adage de Faverot de Kerbrecht.

Manège : Lieu clos et généralement couvert où l'on monte les  chevaux.

Marcher droit : Figure de manège : après une courbe ou une volte, reprendre la piste le long du grand coté.

Martingales : fixes ou à anneaux, elles limitent l'élévation de la tête du cheval.

Méjuge (se) : Lorsque le postérieur se pose devant l'empreinte de l'antérieur correspondant.

Meneur : Personne qui conduit un attelage

(cheval) Mis : Cheval dressé, c'est-à-dire dans la mise en main,  obéissant à des indications légères, facile et agréable à monter.

Mise en  main : État psychique et physique du cheval, la mise en main suppose une juste répartition du poids entre avant-main et arrière-main, la décontraction de la bouche dans la position du ramener, un placer stable, une rondeur générale du cheval. C'est un état de légèreté et de  relaxation permettant une communication de qualité cavalier/cheval.

Mobiliser : Solliciter, activer et rendre réactive une partie du corps du  cheval (mobiliser la croupe) ou l'ensemble du cheval.

Mobilité : Est mobile le cheval qui parfaitement en équilibre, peut répondre avec impulsion, relaxation et vivacité à la moindre sollicitation de son cavalier.

(contact) Moelleux : Contact main du cavalier/bouche du cheval  courtois, respectueux, léger, doux et liant. La main est attentive,  souple, la mâchoire du cheval relaxée. S'oppose à une main dure.

Muserolle :  Partie du harnachement se trouvant à mi-chanfrein
(française), elle limite l'ouverture et la torsion de la mâchoire des chevaux cherchant à se soustraire à l'action du mors.

Remonter

N

Nuque : Articulation tête/encolure, derrière les oreilles du cheval,  où passe la têtière. Fléchie avec un cheval placé, elle est théoriquement le point le plus haut de l'encolure. En fait, l'angle et la hauteur varient  selon la morphologie du cheval.

Remonter

O

Obstacle : Difficulté placée sur une piste de saut ou de cross.

Ouvrir les doigts : Récompenser en relâchant le contact lorsque  le cheval cède dans sa mâchoire ou ne pas entraver son mouvement dés  lors que le cheval est dans la légèreté et l'attitude recherchée.

(s') Ouvrir : Perdre le placer en ouvrant l'angle tête/encolure, perdre le rassembler en désengageant les hanches.

Oxer : C'est un obstacle large constitué de deux plans.

Remonter

P

Paddocker : Le cheval refuse le parcours en "embarquant" son cavalier pour retourner à son point de départ (paddock).

Panard : Le cheval peut être panard du membre si celui ci tourne et part vers l’extérieur ou uniquement panard du pied si seul le sabot tourne. L’appui est alors incertain, le cheval risque de se faire des atteintes.

Pansage : Nettoyage du cheval.

Pas : Allure marchée, symétrique, à quatre temps égaux, chaque membre  s'appuyant au sol à son tour : antérieur droit, postérieur gauche, antérieur  gauche, postérieur droit.

Pas  d'école : le pas d'école classique est une figure de haute-école ; c'est un pas stylisé, relevé, rond et diagonalisé, plus rassemblé que le pas rassemblé, un peu comme le passage. A noter que le pas d'école pratiqué au Cadre Noir de Saumur  est différent : le cheval tend légèrement ses antérieurs vers l'avant en marquant un léger temps de suspension, comme un début de pas espagnol.

Pas  écouté : Pas relevé, rond et diagonalisé dans lequel le cheval,  détachant avec délicatesse ses membres du sol, semble garder un instant le  genou en l'air.

Pas  espagnol : Pas dans lequel le cheval élève et étend vers le haut et  l'avant successivement chaque antérieur tout en avançant franchement et en restant rassemblé.

Passage : Trot très diagonalisé, suspendu, lent et majestueux dans  lequel le cheval projette avec énergie et souplesse sa masse vers le haut et l'avant. La flexion des articulations, l'abaissement des hanches, l'élévation de l'avant-main et le temps de suspension sont la marque d'un passage classique.

Pelham : embouchure : les anneaux du mors sont prolongés par des branches dont les extrémités sont munies d'anneaux flottants ou sont fixées les rênes. Peut être utilisé de deux façons : soit avec une paire de rênes fixées sur des alliances de cuir bouclées sur les deux anneaux latéraux du mors soit avec deux paires de rênes montées sur les deux anneaux principaux.

Perçant : Qualité qui permet au cheval de percevoir et d'évaluer  instantanément et de façon instinctive les moindres variations dans son environnement : paysage, sol, déclivité, distances, mouvements extérieurs, actions du cavalier.

Peser à  la main : Cheval qui appuie fortement sur le mors et les rênes tenues par une main ignorante. Le cheval doit apprendre à se soutenir et le cavalier à équilibrer son cheval.

Piaffer : Trot sur place très diagonalisé, relevé, rond, suspendu et  majestueux dans lequel le cheval se projette d'un diagonal sur l'autre.  L'équilibre, la régularité, la flexion des articulations, la relaxation du  cheval et la discrétion absolue du cavalier sont la marque d'un piaffer de qualité.

Pirouette : L'avant-main du cheval décrit un cercle les hanches en dedans autour de l'arrière-main. Le postérieur externe tourne autour du postérieur interne qui continue à se lever et à se poser sur place maintenant le mécanisme de l'allure du galop durant toute la durée du mouvement. Le cheval est infléchi du coté où il tourne, la cadence du galop est maintenue, l'attitude reste égale. Elle s'exécute au pas, au piaffer, ou au galop.

Piste : Ligne droite ou courbe que dessinent les quatre pieds du cheval en se déplaçant. Travail d'une piste lorsque les postérieurs suivent la ligne des antérieurs, de deux pistes lorsque les postérieurs suivent une autre ligne en pas de coté.

Placer : Disposition de l'avant main du cheval : encolure soutenue, nuque fléchie, chanfrein proche de la verticale. L'équilibre, l'engagement de l'arrière-main conditionne le placer véritable. La main ne fait que confirmer.

Placer un cheval : Mettre en attitude d'équilibre un cheval par une juste répartition du poids, encolure soutenue, nuque fléchie, chanfrein proche de la verticale, arrière-main engagée.

Plan de terre : plan vue de dessus d'un manège ou d'une carrière décrivant les évolutions ou figures exécutées par le cheval.

Pli : Légère inflexion latérale de la nuque ; l'encolure du cheval reste pratiquement rectiligne.

Précipiter : Perdre le rythme ou la cadence en accélérant et en raccourcissant de façon saccadée le poser des membres dans une allure donnée.

Protections : objets en cuir ou en plastique servant à protéger une partie du cheval (guêtres, cloches et genouillères).

Remonter

R

Ramener (le) : Se caractérise par la fermeture de l'angle de la tête avec l'encolure, la nuque étant le point le plus haut. Le véritable ramener est la résultante d'un engagement des postérieurs du cheval sous la masse, de l'impulsion et du rassembler dans l'équilibre.

Ramingue (cheval) : qui se défend de l'éperon, qui refuse d'avancer lorsqu'on lui fait sentir.

Rassemblé : se dit lorsque le cheval est à la fois engagé et ramené. État de parfait équilibre résultant d'une flexion très  prononcée des hanches, qui entraîne allègement et relèvement de  l'avant-main.

Récompenser : Faire savoir au cheval qu'il a bien fait : cession ou descente de mains, caresse, parole, mettre pied à terre, friandise.

Rectitude : Cheval se déplaçant dans le canal des aides, épaules devant les hanches, sans torsion, avec une impulsion constante. Attitude à rechercher sans cesse.

Reculer : Le reculer est un mouvement rétrograde, symétrique, dans lequel les membres se lèvent et se posent par paires diagonales ; les foulées doivent être régulières, amples et détachées du sol.

Redingote : Tenue des cavaliers de dressage (à l'origine vêtement pour monter à cheval : riding-coat)
Rendre (céder)
: Ouvrir les doigts lorsque le cheval cède pour récompenser et conserver la légèreté.

Rêne : Élément de harnachement servant à avoir un contact et à "dialoguer" avec la bouche du cheval.

Rêne contraire (ou rêne d'appui) : La rêne étant ajustée, la main se  porte vers l'encolure, en avant du garrot. Le cheval, infléchi du coté de  la main qui agit, pousse ses épaules vers l'extérieur du pli pour tourner large.

Rênes  fixes : Rênes réglables en cuir souple ou en caoutchouc, attachées d'un côté  à la sangle ou au surfaix juste en dessous des quartiers de la selle et de l'autre aux anneaux du filet ayant pour but de placer le cheval dans une attitude juste et équilibrée.

Résistance : Opposition du cheval, mentale (mauvaise volonté, refus) et physique (contractions, poids, force) provoquée par une incompréhension, un manque de préparation, une difficulté physique ou la fatigue et la lassitude.

Rétif : Se dit d'un cheval qui refuse d'obéir.

(cheval)  Rond : Attitude harmonieuse, rassemblée, engagée, placée du cheval qui travaille sur des bases courtes, avec des gestes ronds, relevés et fluides.

Ruade : le cheval lance vivement en arrière le ou les pieds de derrière en s'appuyant sur les antérieurs.

Rythme : Temps régulier et harmonieux des appuis et des gestes du cheval qui peut devenir cadence lorsque l'impulsion est manifeste.

Remonter

S

Sangler : Serrer la sangle (élément de harnachement servant à fixer la  selle).

Sentiment : Qualité permettant au cavalier de ressentir de façon subtile et presque innée les dispositions mentales et physiques du cheval.

Sentir : Capacité du cavalier à percevoir l'état psychologique et  physique de son cheval : disposition mentale (adhésion, excitation, peur, incompréhension, opposition) et disposition physique (modification d'équilibre, attitude, contraction, facilité, difficultés physiques). Apprendre à sentir : tel est le but de l'éducation du cavalier.

Serpentine : La serpentine, comme son nom l'indique, est un tracé ondulant, constitué d'un enchaînement de demi-cercles.

Soumission,  Soumettre : Obtenir du cheval, sans jamais employer force et contrainte, adhésion mentale et physique, respect et obéissance librement consentis. (domination) .

Sous lui du devant : défaut d'aplomb  qui fait obstacle au déploiement du membre et rend les allures rasantes, le cheval est exposé à buter et à forger.

Soutenir : Action du cavalier pour confirmer, maintenir et amplifier le  geste, l'attitude ou le mouvement du cheval. Essentiellement action de  buste, du rein, de la main et des jambes.

(se) Soutenir : Se dit d'un cheval qui conserve sans intervention directe du cavalier ou en liberté, équilibre, rassembler, élévation de l'avant main et placer.

(au) Soutien : Le membre du cheval ou son diagonal (antérieur  droit/postérieur gauche par exemple) est au soutien lorsqu'il est en l'air.

Spa : Obstacle de volée constitué de plusieurs barres en montant.

Surfaix : Élément de harnachement entourant le thorax du cheval, utilisé pour la voltige, pour fixer les enrênements à la longe ou pour fixer des couvertures ou protège queue.

Remonter

T

Tare : Défectuosité.

Tact : Qualité qui permet au cavalier d'être instantanément et en  permanence dans les meilleurs termes avec tous les chevaux qu'il monte : agir là ou il faut, quand il le faut, avec le dosage nécessaire.

Terre à terre : Sorte de galop à deux temps, dans lequel le cheval passe alternativement des postérieurs sur les antérieurs dans une succession de petits sauts (un peu comme un cheval à bascule). Le terre à terre prépare aux "airs relevés":courbette, croupade ou cabriole.

Tirer au renard : Sous un effet de panique dû à l'attache, le cheval se met à tirer violemment en arrière. Il faut réagir très vite car si la longe ou le licol cèdent le cheval peut se retourner et se briser les cervicales (d'ou l'existence de nœuds d'attache qui se défont facilement, ou de boucles anti-panique sur la longe).

Transition :  On entend par transition, soit une variation de vitesse et d'amplitude dans la même allure (trot rassemblé/trot allongé par exemple), soit des transitions simples, celles d'une allure à une autre (galop/trot ou trot/pas).

Traquenard : Allure défectueuse ; c'est un trot désuni. Les bipèdes diagonaux sont dissociés, les pieds du même diagonal ne se posent pas en même temps.

Travail à pied : Travail du cheval en main, cavalier parallèle ou perpendiculaire au corps du cheval. A gauche : rêne(s) intérieure(s) dans la main gauche, rêne(s) extérieure(s) et badine dans la main  droite.

(se) Traverser : Mauvaise attitude du cheval dont les hanches, déviant de leur axe de marche, échappent au contrôle du cavalier. 

Tride : "qualité du cheval qui lève les jambes avec vitesse et leur donne une cadence régulière" (Baucher).

Trot : Allure sautée, symétrique par diagonaux, à deux temps égaux :  l'antérieur droit et le postérieur gauche prennent l'appui en même temps, puis l'antérieur gauche et le postérieur droit.

Trot enlevé : Le cavalier se laisse légèrement enlever un temps sur deux de la selle, reprenant contact avec celle-ci le temps suivant.

Remonter

V

Vertical : Obstacle constitué de barres disposées verticalement.

(cheval) Vibrant : Cheval réactif, attentif, actif et disponible,  réagissant à la plus légère indication.

Vibration  : Succession de légères pulsations des doigts ou de la main afin d'ouvrir et de relaxer la bouche du cheval, de fléchir sa nuque. Elle sert à vaincre la résistance de force.

Volte  : Cercle de petit diamètre, de courbure strictement égale, que  doit épouser avec souplesse et sans torsion, la colonne vertébrale du cheval de la nuque à la queue.

Remonter 


Voir aussi le Lexique du Cheval d'Extérieur (indications vocales utilisées en extérieur)

Voir aussi le Lexique du Cheval d'attelage (sur le site de Saumur Attelage)