Acheter en ligne La revue de prestige des Amis du Cadre Noir 2018 (83 pages)

LE REGIMENT DE CAVALERIE DE LA GARDE REPUBLICAINE EST AU RENDEZ-VOUS

En cette période de confinement, il nous est apparu intéressant – après avoir appris l’organisation mise en place par le Cadre noir – d’interroger le Lieutenant-colonel CORTES, commandant en second le Régiment de Cavalerie de la Garde, afin de connaître le dispositif mis en place au sein du Régiment de Cavalerie de la Garde républicaine.

Pour rappel, le Régiment de Cavalerie assure traditionnellement avec les deux régiments d’infanterie de la Garde républicaine,  les missions d’honneur (protocole) et les missions de sécurité.

Fort de 470 chevaux environs, le Régiment de Cavalerie est composé

– d’un centre d’instruction installé à Saint Germain-en-Laye

– de quatre escadrons de cavalerie

– d’un escadron de réserve

– de la fanfare de cavalerie,

– d’un service vétérinaire.

 

Le confinement a entraîné la mise en place d’un dispositif très allégé des missions de protocole et la suspension de l’instruction des élèves gendarmes, lesquels sont retournés dans leurs unités.

Dans le même temps, le Régiment de Cavalerie a augmenté ses missions de sécurité.

Dans le contexte de crise sanitaire, environ 200 chevaux sont quotidiennement et amenés à patrouiller sur le territoire national, pour assurer la sécurité des personnes et des biens.

Bien entendu, le contrôle du respect des mesures liées à l’épidémie de covid-19, fait partie aujourd’hui d’une mission essentielle. Pour cela, en sus des postes permanents, le régiment de cavalerie a créé 7 postes à cheval (6 chevaux par poste), comme à Saint Jean de Monts ou à Etretat. Les patrouilles dans Paris ont été multipliées à la demande de la Préfecture de Police. Ainsi, plus de vingt patrouilles sont effectuées dans Paris chaque jour (dans les bois de Vincennes et de Boulogne notamment).

Il sera rappelé, qu’une patrouille à cheval peut durer environ 3 heures.

Les autres chevaux, plus jeunes, en préparation, sont restés en au régiment et poursuivent leur travail habituel.

Quelques chevaux ont été mis au pré pour soulager les escadrons qui peuvent ainsi concentrer leurs efforts sur les patrouilles de sécurité publique et participer à la gestion de l’ordre public.

Afin d’éviter autant que faire ce peu, les risques de contamination, une rotation du temps de travail a été mise en place : 1 semaine sur 2, les gardes sont en activité, et l’autre semaine, d’astreinte.

Le Lieutenant-colonel CORTES a précisé que le renforcement des missions de sécurité n’avait posé aucune difficulté pour tout le personnel du Régiment de cavalerie étant donné que le régiment de cavalerie de la garde républicaine est une unité de la gendarmerie nationale à part entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *